Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2013

Les femmes seront les premières victimes de la modification du statut d'auto-entrepreneur

AE AFFICHE.jpg

Les auto-entrepreneurs sont légitimement en colère, le gouvernement refuse de prendre en considération leurs inquiétudes sur les décisions qui doivent être prises pour la modification de leur statut et dont la mesure essentielle vise à limiter à 2 ans le bénéfice du régime.

La déception est immense, car suite au rapport commandé par Bercy, Sylvia Pinel, la ministre en charge du Commerce et de l'Artisanat, n’a pas tenu compte des recommandations de l’IGF et de l’IGAS et notamment celle qui mentionne de ne pas limiter dans la durée le bénéfice du régime et de ne pas modifier les règles de radiation du régime.

Ce qui est d’autant plus inconcevable, c’est que ce projet de modification du régime d’auto-entrepreneur vise avant tout à satisfaire les artisans qui ne cessent de se plaindre de la soi-disant concurrence que leur occasionne ce statut depuis sa création.
Pourtant, malgré leur demande, Sylvia Pinel n’a pas choisi d’exclure les professionnels du bâtiment de ce statut et de ce fait, les décisions de la ministre ne satisfont par pour autant les artisans.

Dans la réalité, les professionnels du bâtiment qui travaillent sous le statut d’auto-entrepreneur sont peu nombreux et le développement de leur activité est limité par la nature même du régime, ce qui fait qu’ils ne peuvent représenter une réelle menace pour les artisans.

Pour satisfaire les uns et les autres, la logique aurait voulu que le régime des artisans soit aligné sur celui des auto-entrepreneurs, mais le gouvernement préfère à priori détruire purement et simplement le régime, n’hésitant pas à conduire les auto-entrepreneurs dans une impasse, soit ils adoptent un autre statut, soit ils abandonnent leur activité.

Beaucoup déclarent dès maintenant qu’ils devront abandonner leur activité, car il est leur est impossible de faire face aux exigences des autres statuts et notamment d’être amenés à payer les forfaits exorbitants des cotisations sociales qui leur seraient imposés.

Les professionnels du bâtiment ne représentant qu’un tout petit pourcentage d’auto-entrepreneurs, tous les autres ne comprennent pas pourquoi ils sont sacrifiés pour satisfaire une corporation à laquelle ils n’appartiennent même pas.

Et encore une fois, ce sont les femmes qui seront les premières victimes de la limitation dans la durée du statut, car beaucoup d’entre elles ont pu se créer une petite activité professionnelle grâce à ce statut, mais ne pourront pas changer de statut. Elles devront donc abandonner leur activité et renoncer à un revenu qui leur permettait de s’en sortir un peu mieux dans un contexte économique de plus en plus morose.

Pour tous les auto-entrepreneurs, il est à la fois stupéfiant et révoltant de voir qu’un gouvernement socialiste décide consciemment de les renvoyer dans la misère en supprimant un régime qui fonctionnait très bien jusqu’à présent. Une décision d’autant plus incompréhensible que les chiffres du chômage ne cessent d’augmenter et que la situation économique du pays est de plus en plus désastreuse.


Vous êtes une femme et vous avez créé votre activité avec le régime de l'auto-entrepreneur ? Contactez-nous pour nous faire part de votre expérience.

Les commentaires sont fermés.