Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2010

Les conseils pour éviter les pièges des soldes

magasin.jpg

Les "faux rabais"

Dans la loi, le prix "barré" doit correspondre au prix le plus bas pratiqué au cours des trente derniers jours précédant le début des soldes. Donc au prix à la dernière promotion de l'article, y compris celui pratiqué lors des ventes privées organisées juste avant les soldes. "Les ventes privées ne sont qu'une façon différente d'appeler les promotions. Et le texte ne fait pas la différence entre vente pour tous et pour un petit nombre ", objecte Nicolas Godefroy, de l'association de consommateurs UFC Que choisir alors que le phénomène des ventes privées ne cesse de prendre de l'ampleur. En clair, si un article est vendu -50% lors d'une vente privée, c'est sur ce prix que doit s'appliquer la ristourne aux soldes, et non sur son prix de départ. Un autre cas courant de "faux rabais" est la réduction gonflée. "Quand on voit une ristourne de -70% alors que c'est en réalité une ristourne de -50%, on a l'impression de faire une bonne affaire. Surtout quand le magasin annonce qu'il y a peu de stock", témoigne Nicolas Godefroy. Sur les 4227 points de vente contrôlés par la DGCCRF aux soldes d'hiver 2009, les "faux rabais" représentent près d'un tiers des irrégularités.


Les articles mis en vente juste pour les soldes


Selon la règlementation, les produits soldés doivent avoir été "proposés à la vente depuis au moins un mois". Autrement dit, les magasins qui remettent en rayon des produits spécifiquement pour les soldes sont dans l'irrégularité. "Les magasins vont par exemple proposer des produits bas de gamme à un prix assez élevé", note Nicolas Godefroy. Selon la DGCCRF, les anomalies relatives à cette disposition ont représenté moins de 2% des anomalies relevées.


Les articles soldés mélangés aux non soldés


Selon la règlementation, le consommateur doit voir très facilement la différence entre un article soldé et un article non soldé sur un rayonnage. En d'autres termes, quand au-dessus d'un rayonnage est annoncée une ristourne de -30%, tous les articles du rayonnage doivent l'être. La DGCCRF déterminera s'il s'agit juste d'un problème d'organisation ou une véritable intention de tromper le chaland.


Les mentions "ni repris, ni échangé" abusives


Même quand la mention "ni repris ni échangé" figure sur l'article, il peut être échangé ou remboursé en cas de vice caché, comme pour tout autre article vendu en période classique, dans un délai de six mois. Si le pull-over acheté en soldes déteint au premier lavage, rapporte Nicolas Godefroy, on peut invoquer l'échange, ou si l'article n'est plus en stock, le remboursement. Cette disposition ne vaut pas pour les défauts apparents au moment de la vente. Et si vous changez d'avis, le commerçant n'est pas tenu de rembourser votre coup de folie.

Les fausses bonnes affaires d'internet

Des annonces alléchantes, suggérant des remises extraordinaires ? Les sites de vente en ligne en sont remplis en période de soldes. Mais là encore, gare aux arnaques. Les plaintes de consommateurs sont nombreuses. "Sur internet, les professionnels de l'exagération le font à plus grande échelle que dans les ventes physiques, où les grandes enseignes commettent moins d'abus", rapporte Nicolas Godefroy. Avantage : la comparaison avec d'autres prix sur internet est plus facile que dans les ventes physiques.

20:36 Publié dans SHOPPING | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.